Les racines philosophiques et techniques

de Niveau élevé

Une cérémonie exceptionnelle eut lieu au sud de l’Inde, près de la ville de Pondichéry, le 28 février 1968 : la fondation d’une ville internationale – Auroville.
L’UNESCO, le gouvernement indien et la philosophe franco-algérienne Mira Alfassa, plus connue sous le nom de « La Mère », avaient invité à la cérémonie de fondation.
Des délégations de 124 nations et 23 provinces indiens étaient présentes et déposèrent une poignée de terre de leur sol natal et la Charte d’Auroville dans une urne qui fut scellée dans le futur centre d’Auroville.
Les délégations des nations suivantes prirent part à l’événement :
Afghanistan, Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Allemagne, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bhoutan, Birmanie, Bolivie, Brésil, Bulgarie, Burundi, Chine (nationaliste), Chine (communiste), Cambodge, Cameroun, Canada, Ceylan, Chili, Chypre, Colombie, Congo, Congo (Kinshasa), Corée, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Cuba, Dahomey, Danemark, El Salvador, Équateur, Espagne, États-Unis, Éthiopie, Fidji, Finlande, France, Gabon, Ghana, Grèce, Guatemala, Guinée, Haïti, Haute-Volta, Honduras, Hongrie, Île Maurice, Inde (23 provinces), Indonésie, Irak, Iran, Irlande, Islande, Israël, Italie, Jamaïque, Japon, Jordanie, Kenya, Koweït, Laos, Liban, Libéria, Libye, Luxembourg, Madagascar, Malaisie, Mali, Malte, Maroc, Mauritanie, Mexique, Mongolie, Mozambique, Népal, Nicaragua, Niger, Nigéria, Norvège, Nouvelle-Zélande, Ouganda, Pakistan, Panama, Paraguay, Pays-Bas, Pérou, Philippines, Pologne, Portugal, Qatar, Rép. Centrale d’Afrique, Rép. Dominicaine, République arabe unie, Rhodésie, Royaume-Uni, Roumanie, Rwanda, Sénégal, Sikkim, Singapour, Somalie, Soudan, Suède, Suisse, Syrie, Tanzanie, Tchad, Tchécoslovaquie, Thaïlande, Tibeter en exil, Togo, Tunisie, Turquie, URSS, Uruguay, Venezuela, Vietnam, Yémen du Sud, Yougoslavie, Zambie.
Auroville-Design
La galaxie, le concept urbain d’Auroville
Pour que la Charte d’Auroville puisse être acceptée par tous les États participants, le mot « divin » fut remplacé au dernier moment dans une version spéciale par « le suprême », la Russie athée n’aurait sinon pas assisté à la cérémonie.
La Charte d’Auroville
  1. Auroville n’appartient à personne en particulier. Auroville appartient à toute l’humanité dans son ensemble. Mais pour séjourner à Auroville, il faut être le serviteur volontaire de la Conscience Divine.
  2. Auroville sera le lieu de l’éducation perpétuelle, du progrès constant, et d’une jeunesse qui ne vieillit point.
  3. Auroville veut être le pont entre le passé et l’avenir. Profitant de toutes les découvertes extérieures et intérieures, elle veut hardiment s’élancer vers les réalisations futures.
  4. Auroville sera le lieu des recherches matérielles et spirituelles pour donner un corps vivant à une unité humaine concrète.
Dans ses résolutions, l’UNESCO invite régulièrement tous ses États membres à soutenir Auroville, notamment dans la Résolution 14C/DR 6 (oct. – nov. 1966), Résolution 4.131 (oct. – nov. 1968) et Résolution 3.32.1 (oct. – nov. 1970) :
« …Invite les États membres et les organisations internationales non gouvernementales à participer au développement d’Auroville en tant que commune culturelle internationale conçu pour rassembler les valeurs de différentes cultures et civilisations dans un environnement harmonieux et équilibré répondant aux besoins physiques et spirituels de l’homme ». Résolution 4.131 :
L’ancienne Première ministre de l’Inde, Indira Gandhi, qualifia le projet d’Auroville comme suit
« Un projet passionnant pour apporter l’harmonie entre les différentes cultures et pour comprendre les besoins environnementaux de la croissance spirituelle de l’homme ».
Le concept de base d’Auroville a son origine dans la philosophie de Sri Aurobindo, le grand philosophe et combattant pour la liberté indienne, qui avait reformulé la philosophie hindoue antique avec une terminologie moderne, jetant ainsi un pont entre la société d’aujourd’hui et l’ancien mysticisme indien. Une de ses principales préoccupations politiques était l’ « Human Unitiy », l’ « Unité de tous les hommes ».
Ref 167-035 PC
« La Mère » à Pondichéry avec Jawaharlal Nehru.
Ref 79-082 PC
« La Mère » à Pondichéry avec Indira Gandhi.
La vraie fondatrice d’Auroville était la compagne de route de Sri Aurobindo, « La Mère », qui formula les grandes lignes de la microsociété futuriste et initia le projet. Jawaharlal Nehru, Indira Gandhi et bien politiciens de haut rang venaient rencontrer la philosophe, alors très appréciée dans les milieux politiques, à Pondichéry pour lui demander conseil.
Le premier et plus important projet de construction d’Auroville était le « Matrimandir », le temple de la mère en sanskrit. Il fut conçu dans ses grandes lignes par « La Mère » elle-même et par l’architecte français Roger Anger et achevé il y a juste quelques années après plus de 40 ans de travaux.
Matrimandir
Le Matrimandir est l’édifice central d’Auroville et sans doute aussi aujourd’hui l’édifice le plus intéressant de l’architecture moderne. Dans sa symbolique, le Matrimandir représente un emblème de l’Évolution. Il symbolise l’ouverture de la terre, de la matière et l’apparition de la « conscience supra mentale », donc un futur bond possible dans l’Évolution ou de la poursuite du développement de l’humanité.
Selon la symbolique des couleurs des anciens enseignements de l’Inde et l’interprétation de Sri Aurobindo, la couleur du « supra-mental », donc de la prochaine étape de l’Évolution de la vie, est la couleur de l’or. Il fallait donc que l’édifice soit entièrement doré d’or véritable.
Et c’est ici que commence l’histoire de la marque de montres Niveau élevé.